your shopping cart

  1. No products in the cart.

Isabelle, éleveuse de lapins Angora

Isabelle élève des lapins Angora depuis plus de 25 ans. Le brossage de leur épaisse toison permet de créer des articles de qualité exceptionnelle. Nous sommes allés chez elle, dans le sud de la France, afin de rencontrer ses petites bêtes à poils, et lui poser quelques questions.

Bonjour Isabelle, quel est votre métier ? Comment l’avez vous découvert ?

Je suis producteur angora, je possède mon propre élevage, je transforme et teins mes articles avec des plantes. J’ai découvert ce savoir-faire en lisant un reportage dans un magazine. Par la suite, j’ai suivi une formation chez un éleveur angora afin de savoir si cette activité pouvait me correspondre.

Pouvez-vous nous expliquer en détails la technique que vous utilisez pour récolter la laine de vos lapins ?

Le lapin Angora mue tous les quatre-vingt-dix huit jours. Pour ma part, j’attends cent jours pour m’assurer que la mue soit totale. Alors, son poil se détache de la racine et ne tient plus, il est donc aisé de le lui enlever. Il existe deux technique pour y parvenir : la première consiste à enlever le poil à la main, comme cela se pratiquait dans l’ancien temps. La deuxième technique est le brossage. C’est celle que j’utilise car elle permet de récolter un poil long et jarreux. La tonte est également possible, elle est plus rapide mais le poil récolté est plus court et plus laineux, donc moins qualitatif.

Tous les animaux ont une mue, la particuliarité du lapin angora est que sa mue est totale. Il se retrouve donc nu, à l’exception de la tête et des pattes. Quinze jours plus tard, ses poils ont déjà repoussés et l’on ne voit plus sa peau.

Quelle relation entretenez-vous avec vos animaux ?

Ce sont des animaux curieux et quand je les manipule, je leur parle beaucoup puisqu’ils sont albinos et ne me voient pas très bien, par conséquent ils me reconnaissent à ma voix. De plus, je leur fais écouter de la musique classique pour qu’ils se sentent bien. Je leur propose une alimentation bio, et parfois je leur donne des légumes pour varier les repas. Je n’utilise donc aucun médicament. Comme ce sont des lapins facilement anxieux, je suis très attentive à ce qu’ils soient au calme et dans un environnement protecteur. Je les fais sortir de temps en temps, lorsque j’accueille des enfants pour visiter l’élevage.

Est-ce une espèce de lapin spécifique ? Quelle est leur durée de vie ?

Le mot angora vient de Ankara, capitale de la Turquie, d’où proviennent ces lapins. Sous l’empire Ottoman, lorsque les occidentaux ont découvert le lieu, Ankara s’appelait Angora… ils ont ramené ces lapins d’Angora et le terme est resté. A l’origine ces lapins étaient noirs ou gris ; puis on a sélectionné un lapin porteur d’une mutation génétique impactant le follicule pileux, et le rendant albinos. Ensuite on a fait de ce lapin albinos une race pure pour permettre la teinture la laine.

Ils vivent en moyenne 7 ans, mais il m’est arrivé d’en garder jusqu’à plus de 8 ans.

Comment nourrissez-vous et soignez-vous vos lapins ? Nécessitent-ils un entretien particulier ?

Le lapin angora est un animal plus actif la nuit que le jour ; par conséquent je leur donne à manger le soir. Ils mangent des granulés bio, de la luzerne et de l’avoine l’hiver. Nos lapins avalent beaucoup de poil en se léchant. De fait, un jour par semaine, je les nourris exclusivement que de la paille afin qu’elle agisse comme un lest. Cela leur permette d’éliminer les poils qui pourraient former une boule et provoquer une occlusion.

Ils vivent dans des cages individuelles, sur litière de paille et je les garde à vie. Les femelles reproduisent une seule fois afin d’éviter des problèmes de consanguinité.

Quelle est la différence entre votre élevage et les autres ?

J’ai souhaité remonter toute la filière de transformation jusqu’à la vente et j’ai adhéré au réseau Bienvenue à la Ferme afin de faire connaitre à un large public mon activité et le monde rural ainsi que les circuits courts. J’ai également décidé d’avoir une petite structure pour pouvoir tout gérer moi-même.

J’ai aussi ouvert un jardin botanique de plantes colorantes, toujours dans une envie de faire partager mon savoir et les plantes que j’utilise pour la teinture végétale.

Quelle est votre analyse quant au scandale de l’angora il y a quelques années ?

Aimer son travail, ses animaux et être fier de son parcours m’a permis de tenir bon face aux critiques que j’ai subi suite à la vidéo sur les réseaux sociaux. Je me suis rendue compte que l’on pouvait dire tout et n’importe quoi sur internet et que malheureusement de nombreuses personnes trop crédules pouvaient facilement se laisser manipuler. Je conseille à tous d’utiliser plusieurs sources d’information avant d’avoir un jugement. Mon but aujourd’hui, est de montrer ce qu’est un véritable élevage de lapins angora, respectueux des animaux.

Comment voyez-vous l’avenir pour la laine angora ? Et pour votre élevage personnel ?

C’est une matière de grande qualité, très appréciée par notre clientèle fidèle et conquise. Cependant il faudrait que la filière se développe pour proposer des quantités plus importantes et ouvrir le marché à une clientèle plus large, soucieuse de trouver des produits naturels, confortables et produits en France.

Personnellement, je tiendrai tant qu’il y aura un filateur ; j’espère qu’il pourra développer son activité grâce au label « made in France » gage de qualité ; ce qui permettra à des producteurs comme nous de sauver et transmettre un savoir faire unique.


About the Author : BalzacBazaar


0 Comment